Kabila, version Commandant…Enfin !

KABILAL’opportunité : 3/10
Après s’être fait damer les pions sur le plan de la communication d’abord par Kobler puis par Zuma, Joseph Kabila s’est fendu d’une sortie médiatique costaude ce 30 octobre 2013. Si le timing laisse à désirer (et l’effet sur la population, sans doute), le ton et le fond du message sont désormais offensifs : Il menace les groupes armés locaux et étranger (pour la première fois il donne une INJONCTION)…mais ménage le Rwanda et l’Ouganda.

Communication 4/10

Dans une tenue bleue foncée (couleur profondément liée au rêve, à la sagesse et à la sérénité), dans son style habituel (très solennel), Kabila a choisi une adresse officielle à la nation plutôt qu’une conférence de presse, un choix pour le moins « étonnant » quand on sait que le président n’est pas un fin orateur et que ce discours ci n’est pas le meilleur du « Raïs ».

Le fond 6/10

  • Il rappelle les derniers jours des combats (pas un scoop)
  • Il fait un coucou aux concertateurs (affirmant qu’une des recommandations vient d’être réalisée)
  • Il menace les groupes armés dont les éléments ne se seront pas démobilisés volontairement
  • Il met en demeure les FDLR, ADF-NALU, LRA et FNL (faute d’obtempérer à cette INJONCTION, ces groupes armés s’exposent à une opération de désarmement forcé aussi vigoureuse que celle en cours.
  • Par ailleurs ( et il fallait s’y attendre), il tient « à redire » que la voie royale pour la paix et la stabilité dans la région réside dans la mise en ouvre, effective et de bonne foi, de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, ainsi que de la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies.
  • Il s’est une fois de plus positionné comme artisan de la paix (le mot revient six fois dans un discours de huit paragraphes) et apôtre de la cohésion nationale, son nouveau bébé conceptuel.

Les non-dits

  • Il a évité d’évoquer les négociations de Kampala se contentant de réaffirmer son attachement aux axes de sa stratégie (militaire, diplomatique et politique)
  • Il a ignoré le sort politique des dirigeants du M23
  • Il a évité de déclarer la fin de la guerre (avec raison)
  • Il a ignoré le sort des ses officiers soupconnés de collaboration avec le M23 et le Rwanda.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s